[Mini-Critique + podcast] THOR : RAGNAROK de Taika Waititi (2017)

NOTE : 2 / 10

« J’ai perdu mon marteau, hier. Ça m’énerve encore… »
– Critique sans spoilers –
***
Succès des Gardiens de la Galaxie 1 et 2 oblige, Marvel opère un virage à 180°C pour le Dieu du Tonnerre via une tonalité 100% potache et sans aucune ambition cinématographique. Résultat : consternant.
Ne sachant plus vraiment trop quoi faire des aventures solos de Thor, la meilleure option des exécutifs afin d’éviter un troisième navet pseudo « Shakespearien » et faussement solennel aura donc été de confier le projet Ragnarok à…Taika Waititi qui, sans surprise, nous offre un pur nanard. 
Auteur de « Vampires en toute intimité », le réalisateur néo-zélandais, inexpérimenté dans les productions à grandes échelles et encore moins la dramaturgie ou la direction d’acteurs, se voit donc chargé d’exécuter cette nouvelle approche « haute en couleurs 80’s » imposée par le studio. « Dommage » que cet axe n’intervienne que maintenant puisque nous aurions été – peut-être – un poil plus indulgents si tous les précédents métrages avaient eu cette orientation. Et encore…
***
Il faut dire qu’après deux épisodes emphatiques et teintés de cet humour si agaçant, Marvel nous fait l’immense cadeau d’en tartiner ici sur 2h15 ! Mais pire encore, tout le film se voit flanqué d’une nouvelle formule à base de blagounettes en ruptures, d’improvisations foireuses, d’explications de vannes (au cas où) et autres gags de situation paresseux. Bref, toute une grammaire de la comédie archi-rebattu par le cinéma indépendant, vue en plus fin ailleurs mais qui semble ici le nouveau standard. Fatiguant.
Pourtant, on ne peut pas dire que le film propose au départ une histoire qui confère à la légèreté. Pour faire simple : Asgard est désormais gouvernée par Loki qui a pris l’apparence de son père Odin qu’il a éjecté sur Terre. Alors que le royaume est lointainement menacé par la prophétie du Ragnarok, mais surtout par la maléfique Hela (ridicule Cate Blanchett), les deux frangins vont unir leurs forces pour sauver les Asgardiens persécutés par l’effroyable déesse de la mort.
Vous avez bien lu : il s’agit là d’empêcher le carnage d’un peuple et la destruction d’une royauté. Mais non. Tellement préoccupé à faire des tapes dans le dos du spectateur, le réalisateur préfère déconsidérer son récit et sacrifier son enjeu principal sur l’autel du « fun ». Et comme après tout la mythologie n’a plus aucune importance, enchaînons plutôt les sketchs métas au détriment d’un semblant de dramaturgie.
Et ce ne sera pas non plus du côté de l’exécution en tant que film d’action SF qu’il faudra tenter d’y trouver son compte. A peine plus qualitatif qu’un DTV, le film bénéficie d’un rendu visuel ultra-pauvre et d’une non mise en scène. Sous son apparat flashy, en vérité cache-misère d’une direction artistique cheap, le film ne flatte jamais la rétine. Tout sonne faux. Idem pour les rares moments de bravoures concernant le Dieu du Tonnerre jamais exaltants alors qu’il y avait pourtant matière à… Même le « fameux » clash entre Hulk – et Thor est anecdotique.
***
Boursouflé, désinvolte, bouffon et fier de l’être (le vortex dimensionnel entre Asgard et Sakaar s’intitule “L’Anus de Satan”), ce 3ème opus est véritablement le haut du panier Mavel Studios. Car oui, la grande surprise de ce TOC RAGNAROK réside peut-être dans le fait qu’il ferait presque passer les deux précédents pour des chefs-d’œuvre. Qui l’eut cru ?
[Toutes les news sur le film : ici]
Réalisé par Taika Waititi (avec Chris Hemsworth, Mark Ruffalo, Cate Blanchett, Tessa Thompson, Jeff Goldblum et Tom Hiddleston). Long métrage: Américain. Genre: Action, aventure, science Fiction. Durée: 130 min. Année de production: 2016. Distributeur: Disney. Sortie: 25 octobre
>> Notre avis en podcast chez Séance Radio :

Images : © Disney / Marvel

Comments are closed.