[Critique] A MOST VIOLENT YEAR de J.C. Chandor (2014)

NOTE : 7 / 10

 « Je dirige une entreprise honnête. Je me battrai jusqu’à mon dernier souffle pour le prouver. »
***
A MOST VIOLENT YEAR débute aux premières lueurs du jour au milieu des résidences huppées du Queens, puis le long des rives tranquilles de Staten Island, bercé par la mélancolie du Inner City Blues de Marvin Gaye. Nous sommes en 1981 et l’atmosphère est saisissante de réalisme, tout en subtilité, faite de longues voitures aux lignes angulaires, de ruelles fumantes et de costumes aux couleurs pastels. À l’horizon, les tours de Manhattan se dessinent dans le ciel hivernal.
New York, ville de la réussite, ville du rêve américain et de la liberté.
***
Oscar Isaac2Cinéaste de l’ébranlement des convictions et de la chute des hommes de pouvoir, J.C. Chandor démontre une fois encore son grand talent de metteur en scène dans ce polar rétro aux accents shakespeariens. Inspiré ici par le cinéma de Sidney Lumet, le réalisateur des excellents Margin Call et All is Lost nous offre une vision désabusée du mythe américain à l’aube des années 80, triste période durant laquelle New York connait des records de violence et de corruption.
C’est dans cette époque emblématique des grands films de gangsters qu’Abel Morales, fils d’immigré aspirant au succès et entrepreneur brillant, se démène pour devenir le roi du pétrole de chauffage, à force de travail et d’honnêteté. Mais dans cet univers où règnent les malfrats et les escrocs, est-ce seulement possible ? Ne doit-on pas nécessairement renier ses convictions et succomber au crime pour obtenir les clés du succès ?
Tel Lady Macbeth poussant son mari au meurtre, son épouse Anna, fille d’un truand renommé, espère le convaincre d’employer des méthodes plus « expéditives » lorsque la justice s’acharne contre lui ou que des braqueurs – sans doute à la solde de la concurrence – s’en prennent à ses employés et son précieux carburant.
***
Abel Morales est un personnage que n’aurait autrefois pas renié Al Pacino et qui revient aujourd’hui à celui qui semble être son digne héritier, l’étoile montante Oscar Isaac, révélation de Inside Llewyn Davis des frères Coen. Toujours d’une grande intensité, l’impeccable interprétation du comédien n’a d’égale que la performance de sa partenaire, Jessica Chastain, fascinante figure de la femme fatale. Mais devant un duo de personnages si déterminés, si sûr d’eux-mêmes et toujours prompts à retomber sur leurs pattes, difficile de vraiment craindre pour leur vie, même dos au mur.
Oscar IsaacCe manque d’empathie pour les protagonistes comme pour l’histoire ne nous quitte que très rarement et confère au film une impression générale de froideur. Car à l’exception de certaines scènes au dénouement inattendu – la séquence de poursuite dans le tunnel sombre, en tête – le spectateur, comme Abel Morales, n’est jamais réellement pris au dépourvu.
Au final, A Most Violent Year apparait comme un film « trop parfait » ou trop appliqué, il manque de folie et d’inattendu, de ce chaos pourtant omniprésent dans les modèles du genre, de Prince of the City à Serpico. Et si Oscar Isaac impressionne sans surprise d’un bout à l’autre de l’histoire, on regrette qu’il ne puisse jamais dépasser son rôle de self-made-man incorruptible et véritablement exploser dans une Grande Scène « à la Pacino », scène qui n’arrivera malheureusement jamais.
***
A Most Violent Year est un film de cinéphiles, un habile thriller policier sublimé par la photographie superbe de Bradford Young et la mise en scène de Chandor, figure majeure de la nouvelle génération de cinéastes américains. Pourtant, malgré son casting, son atmosphère et sa virtuosité, le film ne décolle jamais vraiment.
D’un élégance rare, le film assure malgré tout une place de choix au palmarès des futurs grands pour son réalisateur et son duo de comédiens brillants.
[Toutes les news du film de J.C. Chandor ici et ici]
Réalisé par J.C. Chandor (Avec Oscar Isaac, Jessica Chastain, David Oyelowo, Albert Brooks). Long métrage Américain. Genre: Policier / Thriller. Durée: 125 minutes. Année de production: 2013. Distributeur: A24 films / Studio Canal. Sortie : 31 Décembre
Images : © A24 Films

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>