[Critique] LA REINE DES NEIGES de Chris Buck et Jennifer Lee (2013)

NOTE : 3 / 10

Avec La Reine des Neiges, projet de très longue date pour M.Walt Disney lui-même, le studio tient-t-il enfin son grand « retour » tant attendu à la féerie de Noël ? Celle qui touche en plein cœur et nous accompagne en sortant de la salle de cinéma ? Ou est-ce là une énième animation s’insérant juste dans le calendrier de l’Avent, histoire de marquer le coup ? Réponse : le film affiche un résultat bien loin d’être à la hauteur de ses ambitions, voire carrément daté…Pourtant, adapté librement du célèbre conte d’Andersen, il y avait matière à tirer un récit autrement plus fort que celui-ci bien fade à tous les niveaux.
la-reine-des-neiges-disney-critique-frozen-review-imageElsa et Anna sont deux princesses et deux sœurs inséparables. L’une est née avec le pouvoir de changer tout ce qu’elle touche en glace, une souffrance au quotidien qu’elle est obligée de cacher à l’autre de peur de la heurter. Malheureusement, le jour du couronnement d’Elsa, une dispute éclate entre elles et cette dernière va alors plonger le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel – une saison que le peuple n’a jamais connu auparavant. Accusée de sorcellerie elle s’enfuie dans les montagnes et Anna part à sa recherche avec l’aide de Kristoff qu’elle rencontre en chemin.
frozen-la reine des neiges-trailer-poster-review-critique-Disney-image-5Il y a dans La Reine des Neiges cette volonté sincère de revenir à une formule magique disparue ces dernières années, une intention issue de la tradition du « Musical » malheureusement pas assez spontanée pour que l’on est la liberté d’être totalement impliqué émotionnellement – la première demi-heure est musicalement indigeste. Pas le temps de respirer, pas le temps de laisser passer une simple émotion dans les yeux de nos héroïnes sans nous faire éclater les tympans, à aucun moment le charme opère. Surtout, si l’un des titres phares parvient « enfin » à se retenir à notre dépend, il ne traversera pas le temps. La faute à une approche bien trop Pop FM pour l’ensemble des chansons. On regrette alors le non choix d’un Alan Menken (Raiponce, La Princesse et la Grenouille) ou un autre talent plus fin pour l’occasion. De fait, l’étincelle cherchée dans le cœur du spectateur via ce principe narratif ne dégage rien, se prend très vite les pieds dans le tapis et fini par agacer. Il faut aussi dire que cet enchaînement de ballades servent essentiellement à mettre en avant le point de vu d’Anna, bien décidée à ne pas se laisser aller à l’adversité et…trouver l’amour, forcément. C’est d’ailleurs cette première idée qui prédomine le film puisque la seconde fait office de passage obligé ce qui, heureusement, est vite expédié. La thématique fraternelle est tellement plus forte. Ainsi, ce refus de s’engager dans la voie éculée de la recherche du Prince Charmant est certainement LE bon point à retenir du récit et ce, malgré une dramaturgie et un humour au rabais.
la-reine-des-neiges-disney-critique-frozen-review-image-3Mais au-delà de son manque d’émotion, ce qui est peut-être encore un plus gênant c’est du côté technique que la déception est encore plus grande. A quelques rares exceptions près (la palette visuelle), la direction artistique est particulièrement sommaire. Franchement, on ne pensait pas être autant surpris par si peu d’audace graphique pour un film de cette envergure. Un cruel manque d’ampleur dans les décors se font douloureusement sentir, les textures paraissent comme plaquées (tapisseries dans les couloirs du château), tout est statique, les character design – répétitifs d’un film à l’autre – n’ont aucune personnalité et / ou originalité (le bonhomme de neige Olaf ou le monstre Marshmallow, au secours), l’élément neige lui-même manque de matière ! En clair, il n’y a aucune vie et on a comme l’étrange impression de voir un Disney TFOU du Dimanche matin ou un DTV Fée Clochette. Sincèrement, on peine à savourer les quelques beaux moments se comptant tristement sur les doigts d’une main (construction du Palais en Glace …).
Plus qu’un Disney mineur, La Reine des Neiges témoigne d’une sorte de « laxisme » ambiant dans un certain cinéma d’animation qui fait mal au cœur. Il y avait sans doute une vraie envie dans la démarche mais venant de la maison Disney, pour cette période des fêtes, le résultat est dur…Et dire que l’année dernière Les Cinq Légendes (DreamWorks) est quasiment passé inaperçu…
Réalisé par Chris Buck, Jennifer Lee (Avec Kristen Bell, Idina Menzel, Jonathan Groff). Long métrage Américain. Genre: Animation. Durée: 1h42. Année de production: 2013. Distributeur: Walt Disney Pictures. Sortie : 4 Décembre

Images : © Walt Disney Pictures Animation

Comments are closed.