[Mini-Critique] LOOPER de Rian Johnson (2012)

NOTE : 7,5 / 10

En 2074 les progrès de la science permettent de voyager à travers le temps. Mais, considérée comme trop dangereuse, cette technologie est rapidement interdite et tombe ainsi entre les mains des mafias les plus puissantes. En 2044, dans une Amérique au bord du gouffre, des tueurs professionnels appelés « loopers » sont engagés pour abattre les victimes expédiées dans le passé par les gangsters du futur, les débarrassant ainsi de cadavres qui n’ont jamais existé. Vous suivez ? Joe Simmons (Joseph Gordon-Levitt), jeune homme solitaire accro à l’argent facile, à la drogue et épris d’une strip-teaseuse, est l’un des ces loopers,
Ambiance de polar noir et futuriste sur fond de voyage temporel dans un un pays en proie à la misère et la criminalité, Looper est une oeuvre singulière, sortie tout droit de l’esprit créatif du réalisateur américain Rian Johnson, un inconnu du grand public qui avait déjà démontré son talent et son originalité dans le polar Brick (2005), son premier long métrage. En confrontant Simmons à l’ultime paradoxe du looper, c’est à dire l’engager pour assassiner Bruce Willis, une version de lui-même avec trente ans de plus, Rian Johnson confirme son amour pour le film de genre et les histoires insolites, tout en en prenant soin d’offrir au spectateur un univers riche servi par un sens indéniable de la mise en scène.
Débordant d’imagination, de trouvailles et d’effets de style, avec sa vison à l’acide du futur de l’Amérique et son talent de conteur, le jeune réalisateur américain nous offre un film élégant et intelligent, un spectacle rare au cinéma. Si Looper n’invente rien, il mixe à merveille les ingrédients et les références :  l’anticipation noire et cruelle, le film à suspense, le fun « à la Bruce Willis » et les rebondissements inattendus, sans pour autant sombrer dans les clichés du cinéma d’action. Johnson prend son temps (un peu trop parfois) pour construire ses personnages et nous raconter une histoire. Mais, avec ses allures de copie parfaite et sa grande maitrise, Looper apparait au final comme un film un peu froid. Le visage « synthétique » de Joseph Gordon-Levitt bardé de prothèses pour ressembler à Bruce Willis y serait-il pour quelque chose ? Un manque d’émotion et une difficulté à éprouver de l’empathie pour les personnages, mais franchement, quel plaisir de voir – enfin – de la science-fiction intelligemment faite au cinéma !
Réalisé par Rian Johnson (Avec Bruce Willis, Emily Blunt, Joseph Gordon-Levitt, Paul Dano, Jeff Daniels). Long métrage: Sino-Américain. Genre: Science Fiction, Polar, Action. Durée: 1h50. Année de production: 2012. Distributeur: SND. Sortie : 31 Octobre

images : © SND

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>