[Test blu-ray] La Défense Lincoln de Brad Furman

lincolnlawyer

LA DÉFENSE LINCOLN | réalisé par Brad Furman

Date de parution: 5 octobre 2011 chez Metropolitan – 1 Blu Ray Zone B

NOTE : 15 / 20

Format image : 2.35 – HD 1 080p Mpeg4 / Avc – Durée du film : 1H58
Los Angeles, Michael « Mickey » Haller est un avocat très particulier mais néanmoins « intègre ». Son bureau : sa LINCOLN CONTINENTAL. Depuis toujours, Il est prêt à tout pour faire gagner les criminels de bas étage qu’il défend en contournant la loi. Jusqu’au jours où il décroche ce qu’il pense être l’affaire du siècle : défendre un riche fils à maman accusé de tentative de meurtre…

IMAGE & SON : 8 / 10

VIDÉO – 4 / 5
C’est donc à travers une très belle copie que La Défense Lincoln se dévoile en HD ! Et dès l’introduction avec ses gros plans sur la calandre rutilante de la Lincoln sur fond de Bobby « Blue » Land – Ain’t No Love in the Heart of the City, traversant les rues de Downtown Los Angeles, ce sont nos rétines et nos oreilles qui frétillent.
blu-ray-la-defense-lincolnCar oui, le cadre est posé avec une approche so class and so cool que l’on ne peut QUE tomber amoureux de ce qui se déroule sous nos yeux. Ici, c’est le bitume et le soleil Californien sublimé par une photo orangée-brune qui prédomine et se tient tout au long du film. Shooté avec des caméras numériques, aucun artefact n’est a signaler tant on est émerveillé par la texture sur les différentes teintes aussi bien dans les scènes intérieures qu’extérieures, jours – nuit. À ce titre les quelques séquences nocturnes dégagent une réelle ambiance de fin de journée caniculaire. D’ailleurs, les noirs manquent eux d’une légère intensité mais dont on retiendra un tout léger grain façon pelloche très raffiné. Toujours est-il que les couleurs y trouvent une vitalité sans être tape à l’œil dont la profondeur de champ tire partie. En plus de la superbe photographie, un vrai beau travail de post-production a été fait sur le mastering en terme de piqué et de contraste. Chaque plan recèle d’une richesse de composition inouïe, l’œil se ballade, décelant aussi bien sur les gros plans – visages – que les plus larges (voir la scène dans l’appartement de William H Macy à 51min, absolument magnifique) un nombre infini de détails et ce jusqu’à la grande dernière partie du film dans la salle de procès. La Défense Lincoln réussit parfaitement à retranscrire ce L.A. sec où chaque perles de sueur de Mcconaughey dégoulinent avec une telle précision que l’on aimerait bien lui filer un kleenex. Pour ce petit thriller discret en salle mais néanmoins efficace et prenant, on est subjugué par l’effort qui a été fait par l’éditeur pour magnifier le résultat finale et comme le dit si bien Tom Rosenberg, le producteur du film dans les bonus « J’aimais l’idée de montrer le vrai L.A et pas celui d’Hollywood ». Bravo !
AUDIO – 4 / 5
Nous vous le disions plus haut, La Défense Lincoln s’inscrit comme une belle référence aux 70’s. Et la bande son de renforcer l’élégance de ce petit bijoux. Il fallait donc de belles pistes audio pour mettre en valeur tout ce jolie monde. C’est chose faite avec deux pistes DTS-HD Master 5.1 aussi bien Anglaise que Française qui en imposent. Tout y est clair et ultra plaisant avec cette environnement vrombissant très streets of L.A qui tournoie dans notre salon (on pense à l’arrivée des Bikers de chaque côté de la Lincoln à 8min) mais aussi pour toutes les autres ambiances dont on ressent très bien la spatialisation du lieu (la séquence flash-back du bar à 22min) qui offre une limpidité hors pair. Alors oui, le film ne brille pas par son score de Cliff Martinez (Drive, Contagion) mais il renferme une belle gamme de sonorité immersive.

BONUS : 8 / 10

Making of  HD – En 13 petites minutes, le module revient sur Michael Connelly et ses craintes de voir Hollywood s’accaparer son roman sans pouvoir contrôler le processus de développement pour le grand écran. Il nous montre également l’arrivée du jeune réalisateur Brad Furman « très » fortement recommandé par McConaughey himself, ainsi que les différents acteurs qui défendent avec sincérité la psychologie et l’utilité de leur personnage jusqu’à la l’importance de la toile de fond qu’est Los Angeles. Intéressant mais court.
Michael Conelly sur la route HD – Une traversée de 10 minutes dans le Los Angeles de M.Connelly. L’écrivain, natif de Floride y évoque son passé de journaliste ayant couvert une multitude de procès pour le Los Angeles Times, ce qui lui a permis d’ancrer solidement le personnage de Michael Haller dans une certaine réalité mais également sa fascination pour la Cité des Anges. Peut être une des meilleures parties de ces bonus.
La rencontre entre Matthew McConaughey et Michael Connelly HD –  5min de cirage de pompe en règle. Tout a déjà été dit dans les modules précédents.
– Scènes coupées
– Interviews exclusives de Matthew McConaughey et Ryan Phillippe
– Bandes-annonces

 Images : © Metropolitan

One thought on “[Test blu-ray] La Défense Lincoln de Brad Furman

  1. I very like this blog. Everything is cleared.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title="" rel=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>